Coups de cœur 2022

Voici, au fil de nos lectures, les plus remarquables, avec notamment les nouveautés de cette rentrée littéraire qui va nous accompagner jusqu’à la fin de cette année 2022…

  • « L’étoffe du temps » de Lars Mytting, Actes Sud, octobre 2022,

Voici la suite du très beau « Les cloches jumelles », ou l’on retrouve le Pasteur Kai Schweigaard et les habitants de Butangen, petite ville norvégienne au début du 20ème siècle. Ce second volume est tout aussi réussi que le premier, et si l’on prend plaisir à retrouver certains protagonistes, d’autres figures apparaissent et tentent à leur tour de faire vivre le village, entre protestantisme et vieilles croyances nordiques. C’est toute l’histoire paysanne de la Norvège du début du 20e siècle qui nous est contée ici, et celle de l’Europe entre troubles et révolutions techniques. Une superbe fresque romanesque norvégienne.

Pascal

  • « Le passeport de Monsieur Nansen » de Alexis Jenni, Paulsen, octobre 2022,

Fridtjof Nansen est un véritable héros en Norvège et son expédition au Pôle Nord à la toute fin du 19ème siècle fait partie des très grands exploits nordiques. Alexis Jenni, Prix Goncourt 2011, s’est emparé de la vie de l’explorateur norvégien et nous en dresse un portrait passionnant. L’écriture est belle, la part d’ombres de la vie de Nansen n’est pas occultée, et le livre est soutenu par des petites doses d’humour qui permettent aussi de démythifier le personnage. Il n’en reste pas moins que sa vie reste une succession de combats et de réussites qui le porteront jusqu’à l’obtention du Prix Nobel de la Paix en 1922. Sortez vos polaires et vos bonnets de laine et en avant l’aventure !

Pascal

  • « Le grand soir » de Gwenaël Bulteau, La Manufacture de livres, octobre 2022,

La jeune Jeanne Desroselles, issue de la bourgeoisie mais militante féministe et idéaliste disparait lors de l’enterrement de l’anarchiste Louise Michel en janvier 1905 à Paris. Sa cousine Lucie s’installe alors à la capitale et va essayer de remonter le fil des évènements pour retrouver Jeanne. Pour d’autres raisons un dénommé Leroy va mener son enquête en parallèle à la jeune cousine. L’auteur nous plonge alors dans la France de la Belle Epoque en proie à la gronde des masses ouvrières pour qui le Grand Soir qui permettra de mettre fin aux privilèges de la bourgeoisie, et de construire une nouvelle société plus juste approche. Entre Paris, Roquefort et les mines du Nord nous sommes alors immergés dans cette France en ébullition. La période historique est parfaitement rendue, la violence attenante et les enquêtes passionnantes pour retrouver Jeanne font de ce polar un excellent cru !

Pascal

  • « En salle » de Claire Baglin, Les Editions de Minuit, septembre 2022,

Un jour un enfant découvre les joies du fast-food : les petits menus accompagnés d’un cadeau, les moments en famille autour d’un burger, les jeux comme une récompense. Puis un jour l’enfant devient adulte et il passe de l’autre côté du comptoir au sein des rouages millimétrés de l’entreprise. D’abord le travail en salle, ingrat, constamment en mouvement, au service. Ensuite, la promotion et le drive. Enfin, la consécration et le poste des frites. C’est tout cela que nous raconte Claire Baglin dans un style franc mais surtout pas plaintif, drôle parfois et surtout empli de « vie réelle ».

Romain

  • « Les temps du passé » de Lee Child, Calmann-Lévy Noir, septembre 2022,

Voilà un très bon polar au rythme soutenu avec ses chapitres courts et son intrigue captivante. Jack Reacher, héros régulièrement croisé sous la plume acérée de Lee Child, est un ancien de la Police Militaire américaine, molosse incorruptible qui à développé un sens de l’observation extrêmement pointu. Alors qu’il part sur la route traverser les Etats-Unis, il va s’arrêter dans une petite ville, Laconia, lieu de naissance d’un père mal connu et depuis longtemps décédé. Arrivent dans cette petite ville en même temps que Reacher, un couple de jeunes canadiens, Shorty et Patty qui vont se retrouver coincés dans un motel obscur en bordure de ville suite à la panne de leur voiture. Entre Reacher qui cherche à en savoir plus sur son père et qui va de mauvaises surprises en mauvaises surprises jusqu’à se retrouver aux portes du motel, et les deux canadiens qui commencent à douter de l’honnêteté des gérants de ce même motel, le lecteur sent la tension monter. Reacher commence à jouer des poings et la police locale voudrait bien le voir déguerpir, les canadiens sentent le piège se refermer. Quand les deux histoires que l’ont suit en parallèle vont se rencontrer la partie va s’emballer et l’explosion finale n’est plus très loin…

Pascal

  • « Le principe de réalité Ouzbek » de Tiphaine Le Gall, La Manufacture de livres, août 2022,

« Madame, J’ai bien reçu votre lettre datée du 5 avril m’informant que ma candidature au poste de professeur de français et de philosophie au lycée de Tachkent (Ouzbékistan), en dépit de ses nombreuses qualités, n’avait pas été retenue. J’ai pris acte de vos regrets et de votre respect profond. Je suis cependant moi-même au regret le plus sincère de vous informer que je ne peux accepter votre refus. Ma décision est irrémédiable : je prendrai le poste, il faut que vous en soyez convaincue. » Lorsqu’elle commence à écrire le début d’une lettre à destination de la directrice du lycée, notre narratrice est uniquement guidée par son envie d’exprimer pourquoi elle doit à tout prix venir travailler en Ouzbékistan et ne sait pas qu’elle va, d’une traite, lui dévoiler sa vie et lui exprimer la véritable raison de ce départ vital à l’étranger. Écrit d’un souffle, « Le principe de réalité ouzbek », c’est la vie d’une femme qui est dos au mur et voit dans ce départ l’occasion de reprendre la main sur sa vie avec son mari et ses deux enfants. Premier roman bluffant de la part de Tiphaine Le Gall qui nous régale d’une plume absolument magnifique, dans laquelle on ressent le choix des mots, des phrases, des expressions… Un travail qui donne un roman fabuleux, qui se dévore en quelques heures !

Émilie

  • « Taormine » de Yves Ravey, Les Editions de Minuit, septembre 2022,

Rien de tel qu’un voyage en Sicile pour un couple au bord de la rupture. Sauf qu’avec Yves Ravey rien ne se passe vraiment comme prévu…Comme dans la vraie vie ? Si bien que nos deux tourtereaux se retrouvent assez rapidement pris dans un piège sous le doux soleil de Sicile. Et les voilà comme deux oiseaux en cage à battre des ailes et piailler dans le vide. Récit court, sans emphase, chirurgical et cynique à souhait !

Pascal

  • « Les enfants endormis » de Anthony Passeron, Globe, août 2022,

Telle une enquête familiale, Anthony Passeron part à la recherche d’informations sur son oncle, un personnage fantasque ayant refusé de reprendre la boucherie de famille pour voyager. C’est aussi une enquête sociologique et scientifique sur l’arrivée du SIDA en France et dans le monde, à Paris et dans l’arrière-pays niçois d’où est originaire cette famille. Entre incompréhension et honte, la vie de cet oncle va être mise en avant pour rendre la mémoire de cet homme injustement délaissé. Un livre très précis sur les avancées scientifiques et très fort émotionnellement sur le destin de cette famille touchée par le virus.

Romain

  • « L’Odyssée de Sven » de Nathaniel Ian Miller, Buchet-Chastel, août 2022,

Sven, natif de Stockholm à la toute fin du 19ème siècle, a grandi en lisant les exploits des grands explorateurs nordiques, alors quand il lui fallut trouver un emploi il s’est naturellement tourné vers le Grand Nord : direction le Spitzberg. Il y fut notamment un temps mineur puis des années durant chasseur. Dans cette contrée sauvage, à la météo rude, éloigné du monde, il vécut dans une petite cabane construite en bois flotté. Mais ce sont les liens familiaux, les quelques rencontres et amitiés passagères ou durables qui vont enrichir sa vie. Et par delà la splendeur de cette nature sauvage, par delà les excursions épiques ce sont ces liens forts qui vont faire tenir Sven et faire la beauté de son récit. Bienvenu dans le Grand Nord, ou la fraternité sauve les vies !

Pascal

  • « La nuit des pères » de Gaëlle Josse », Notabilia, août 2022,

Des retrouvailles ténébreuses, c’est ce qui attend Isabelle lorsque son frère l’appel pour venir au chevet de leur père en proie à la maladie de la mémoire. Ce voyage sera l’occasion de se rappeler les mauvais souvenirs, la dureté d’un homme et les difficultés de la vie de famille pour elle et le guide de montagne reconnu, le père bienveillant et un lieu d’enfance pour lui. Deux visions d’un même passé, deux vies qui se sont construites avec et contre ce père. Froid et intense !

Romain

  • « Les corps solides » de Joseph Incardona, Finitude, août 2022,

Le camion-rôtissoire d’Anna git sur le sol après un accident de la route. Le tourbillon des ennuis va commencer pour elle qui ne souhaite que vivre tranquillement et que son fils, Leo, ne manque de rien. Anna est forte, Anna ne se laisse pas faire, elle saura retourner la situation ; grâce au « Jeu »? Et à quel prix? A la fois critique sociale et roman d’apprentissage, ce livre ne laisse pas indifférent : la vrai vie sous nos yeux. Un regard cynique et juste sur notre société du divertissement, de l’appauvrissement et du chacun pour soi.

Romain

  • « Chien 51 » de Laurent Gaudé, Actes Sud, août 2022,

La Grèce, pays ruiné et ravagé, a été racheté par l’entreprise GoldTex et est maintenant divisée en 3 zones. Flic déclassé, Zem Sparak vit dans la zone 3, un bidonville géant où la survie est un combat de tous les instants pour les habitants. Sa dernière enquête l’oblige à faire équipe avec une jeune policière de la zone 2, Salia, qui n’a pas connu la Grèce « d’avant » et s’accommode des nouvelles lois sans rechigner. Et quand les indices concernant le meurtre sur lequel ils travaillent remontent jusqu’aux hommes les plus puissants du pays, Zem sait que sa vie vient de prendre un tournant décisif. Une enquête policière sur fond de magouilles politiques et de révolte sociale, « Chien 51 » est à la fois un roman dystopique et un très bon policier. Un pari réussit pour l’auteur qui s’essaye dans ces nouveaux genres.

Émilie

  • « On était des loups » de Sandrine Collette, JC Lattès, août 2022,

Comment élever un enfant de 5 ans, seul, au milieu des montagnes ? Comment être sûr de pouvoir lui assurer une sécurité, de la nourriture et un peu d’amour quand on est un homme comme Liam, taiseux, fuyard, borné avec une enfance traumatisante ? « On était des loups » est le voyage initiatique magnifique et saisissant d’un homme qui devient un père, d’un enfant qui apprend à faire son deuil. Et puis il y a la nature, toujours plus forte que les Hommes.

Émilie

  • « La montagne et les pères » de Joe Wilkins, Gallmeister, août 2022,

A travers ce récit autobiographique, c’est tout une région des Etats-Unis qui nous est contée par Joe Wilkins : le Montana, et plus précisément le Big Dry, région montagneuse du Montana en proie à la sécheresse et aux terres arides. C’est ici que l’auteur passe son enfance et se construit malgré la perte du père alors que le jeune Joe n’a que 6 ans. Dans cette région habitée par des cowboys, des hommes d’apparence forte et rugueuse, il va s’épanouir tant bien que mal, lui amateur de littérature mais dont le grand père l’initie à la vie dans la nature, dont les copains naviguent entre bringues et petits arrangements. L’écriture est très belle, pleine de sensibilité, pour nous décrire ces paysages de western et les relations humaines qui font tenir les hommes et remplacent les pères disparus.

Pascal

  • « L’inventeur » de Miguel Bonnefoy, Rivages, août 2022,

Le récit passionnant de la vie d’Augustin Mouchot, ingénieur français du XIXe siècle. Un jeune homme qui souffrira tout le long de sa vie d’une santé très fragile et d’une jeunesse traumatisante, rythmée par les traitements et la maladie. Sûr de son projet, Mouchot ne reculera devant rien pour créer sa machine et la présenter au monde. Un excellent roman où l’on retrouve avec plaisir toute la verve de l’auteur, qui nous plonge dans le Paris des innovations, quand tout restait encore à imaginer.

Émilie

  • « GPS » de Lucie Rico, P.O.L., août 2022,

Arianne, journaliste au chômage, mal à l’aise dans sa peau et au sein de la société, est invitée à fêter les fiançailles de sa meilleure (seule?) amie. Pour se rendre sur le lieu de la cérémonie, Sandrine lui envoie sa localisation par GPS. Malheureusement, après la fête, Sandrine disparaît mais pas le petit point rouge de sa localisation partagée. Ce dernier va entrainer Arianne dans une transe mêlant réalité et imagination sur les lieux clés de l’amitié entre les deux femmes. Humour et satyre sociale se mêlent à l’imaginaire et la folie dans ce deuxième roman de Lucie Rico.

Romain

  • « L’île haute » de Valentine Goby, Actes sud, août 2022,

Milieu des années 1940 en France, le jeune Vadim quitte un Paris embrumé par la montée de l’antisémitisme. Direction la haute montagne, à Vallorcine, dans la Vallée des ours où le garçon s’installe, après un long voyage en train qui se termine par une éprouvante marche à travers une tempête hivernale. Il va vivre alors chez une famille du cru, accueillant, avec la conviction bien ancrée en lui, de n’y rester que le temps de soigner son asthme au bon air des montagnes…Dès son arrivée, au coeur de l’hiver, c’est un choc visuel et émotionnel que va ressentir Vadim : la majesté des montagnes, la pureté de la neige, le froid glacial, l’apprentissage d’une nouvelle vie dans ce monde inconnu. Les quelques mois passés dans ce décor splendide, au contact direct avec une nature toute puissante, au rythme des saisons marquées, à la découverte des montagnards marqueront à jamais le garçon et le lecteur ! Voilà un roman initiatique à l’écriture sublime, qui nous fait redécouvrir la vie paysanne dans les hautes montagnes au milieu du siècle précédent, quand la nature imposait son rythme aux hommes et que la solidarité n’était pas un vain mot…

Pascal

  • « Mon acrobate » de Cécile Pivot, Calmann-Lévy, août 2022,

« Mon acrobate », le nouveau roman rempli de chagrin et d’amour, écrit par Cécile Pivot. Cette autrice à la plume poétique et pleine de tendresse nous emmène auprès d’Izia, jeune femme en deuil qui essaye tant bien que mal de revenir parmi les vivants. Aux côtés d’Étienne, son mari qui a préféré s’éloigner pour sauver sa femme. Ainsi que Samuel, jeune garçon plein d’entrain, lui aussi écorché par la vie. Une lecture bouleversante. Un texte d’une grande beauté, comme une lumière dans les ténèbres qui sont sur le point d’engloutir les personnages.

Émilie

  • « Blackwater, la crue » de Michael McDowell, Monsieur Toussaint Louverture, avril 2022,

En 1919, les habitants de la petite ville de Perdido en Alabama, sont confrontés à une crue sans précédent ravageant entièrement la ville. Au même moment, la mystérieuse Elinor Dammert, apparaît dans la ville et s’immisce petit à petit dans la famille Caskey. La matriarche voit cela d’un mauvais œil d’autant plus que les évènements vont venir bousculer le quotidien paisible de cette bourgade. Le premier tome d’une série de 6 livres qui rappelle des séries addictives telles que « Dowtown Abbey » ou encore « La chronique des Bridgerton » pleines de complots, de faux-semblant et d’intrigues diverses.

Romain

  • « Le mage du Kremlin » de Guiliano Da Empoli, Gallimard, avril 2022,

Plonger avec délectation dans les arcanes du pouvoir Russe, découvrir la montée en puissance de Vladimir Poutine au fil des années, comprendre la « méthode du Tsar » pour gouverner : autant d’indiscrétions que nous raconte Da Empoli à travers une figure de l’ombre. En effet, Vadim Baranov (Vladislav Sourkov de son vrai nom), a été le conseiller politique de Poutine durant les années 2000 et le grand théoricien du régime russe pendant toutes ces années. Bien que les évènements soient réels, ce livre est un docu-fiction laissant une place importante à « l’invention crédible » de son auteur. Un livre important pour comprendre la Russie actuelle.

Romain

  • « Labyrinthes » de Franck Thilliez, Fleuve Noir, mai 2022,

Dans ce nouveau roman, Franck Thilliez réussit avec génie à rassembler deux de ses précédents livres : « Le manuscrit inachevé » et « Il était deux fois ». « Labyrinthes « , c’est avant tout l’histoire de 3 femmes, que tout oppose, mais que le passé rassemble. Un page-turner effrayant d’efficacité, une fois commencé, il est absolument impossible de le laisser de côté, et une fois terminé, l’histoire continue de nous habiter…

Émilie

  • « Dans les brumes de Capelans » de Olivier Norek, Michel Lafon, avril 2022,

Un nouveau roman d’Olivier Norek avec le fameux détective Coste, qui s’est réfugié sur une île oubliée dans le dernier tome de la précédente trilogie. Une jeune fille kidnappée depuis 10 ans, un meurtrier en cavale qui semble toujours avoir un coup d’avance et des brumes épaisses qui vont plonger l’île entière dans l’obscurité… Comme toujours, une enquête palpitante avec un rythme effréné, un livre qu’on ne peut pas lâcher.

Émilie

  • « Tempête sur l’Aconcagua » de Aymeric de Lamotte, Transboréal, mars 2022,

Contrairement à ce que le titre du livre pourrait laisser penser, nous ne sommes pas en présence d’un récit de montagne entre la vie et la mort, ou des grimpeurs émérites se battent contre les éléments déchainés. Non, ce récit de montagne est plutôt une ode à l’amitié, à la découverte, à l’émerveillement, à la beauté des Andes…Dans une belle langue, l’auteur, alpiniste amateur, qui a l’ambition de grimper le sommet de l’Amérique du sud (6 962m) avec quelques amis, nous conte un fabuleux voyage jusqu’à là-haut. Le chemin est rude, l’altitude fait souffrir les corps mais l’auteur profite de son expérience pour nous faire partager ses pensées et réflexions avec un talent de narrateur indéniable. A découvrir !

Pascal

  • « Les sirènes de Malibu », de Taylor Jenkins Reid, Charleston, mars 2022,

« Les sirènes de Malibu » c’est l’histoire bouleversante de Nina, Jay, Hud et Kit. Frères et sœurs unis dans la joie comme dans les malheurs, depuis tout petit ils ont dû faire face à des situations tragiques, mais ont toujours pu compter les uns sur les autres. Cette année, Nina prépare sa grande fête, tradition depuis des années, sans savoir que cette soirée sera peut-être celle qui mettra fin à des années de silence et de souffrance. Les secrets seront déterrés, les torts enfin reprochés, permettant ainsi d’enfin tourner la page et de commencer un nouveau chapitre. Une lecture fabuleuse, parfaite pour l’été. On est embarqué avec ses personnages si forts et blessés, qui nous font voyager à Malibu sur leurs planches de surf.

Émilie

  • « Le temps des grêlons » de Olivier Mak-Bouchard, Le Tripode, mars 2022,

Après le très réussi « Le Dit du Mistral », Olivier Mak-Bouchard nous revient avec son deuxième roman, dont l’histoire se déroule à nouveau dans le Luberon, principalement dans la petite ville d’Apt. On y retrouve tout le talent de conteur de l’auteur qui nous propose ici un roman à hauteur d’enfant, l’histoire nous est racontée par un jeune garçon qui va grandir au fil des pages jusqu’à devenir un jeune adulte tout en gardant une naïveté rafraichissante. La vie du jeune garçon et de ses deux compères va être bouleversée, comme celle du pays tout entier quand un phénomène ahurissant va intervenir : les photos ne laissent plus jamais apparaître de visage humain ! Et ce n’est que le début des perturbations puisque rapidement la chute de grêlons humains issus des premières photographies prises au 18ème siècle va précipiter la société dans le chaos…Le cloud est plein, il déborde et l’invasion des grêlons commence…Un roman très touchant, à l’écriture fluide, ou les menaces qui pèsent sur notre monde sont abordées avec beaucoup de sensibilité. A la hauteur du premier roman !

Pascal

  • « Antarctique » de Olivier Bleys, Gallimard, février 2022,

Lorsque Vadim assassine Nikolaï à coups de hache, c’est tout le fragile équilibre de ce groupe de cinq hommes isolés au milieu de l’Antarctique dans une petite station scientifique russe qui s’effondre ! Comment se réorganiser après ce drame ? Que faire du camarade meurtrier, du cadavre ? Quand on est isolé de tout pour de longs mois, qu’il fait en permanence entre -20° et -50° et que l’horizon est une immense étendue de neige à perte de vue…Dans ce huis-clos russe frigorifique, l’auteur à l’humour glaçant nous fait partager les interrogations et les prises de décisions étonnantes de ces hommes réchauffés par un poële à bois qui tourne 24h sur 24, et des rasades de vodka ! Un régal…pour le lecteur !

Pascal

  • « Connemara » de Nicolas Matthieu, Actes sud, février 2022,

Hélène et Christophe grandissent dans la même ville, évoluant dans des cercles sociaux différents. Lui, star du hockey, adulé par ses pairs, est promis à un grand destin. Elle, mise tout sur ses excellents résultats scolaires pour se sortir de là, tout plutôt que de ressembler à ses parents. Des années plus tard, âgés de 40 ans, Hélène et Christophe se croisent par hasard. Une flamme depuis longtemps éteinte chez l’un comme chez l’autre se rallume avec leurs étreintes et le frisson du secret. Mais la grande question survient rapidement, à quoi rime vraiment cette relation ? Dans ce roman d’une lucidité et d’une justesse implacable, Nicolas Mathieu écrit sur les rêves de jeunesse que l’on atteint, ou pas, de notre place en France et de ce que signifie l’expression « réussir sa vie ». C’est excellent !

Émilie

  • « Reine rouge » de Juan Gomez-Jurado, Fleuve noir, janvier 2022,

Antonia Scott est très certainement la femme la plus intelligente du monde. Elle représente le projet « Reine Rouge », qui permet à une société d’espions de résoudre des crimes et d’empêcher les pires catastrophes, sans que personne ne soit au courant. Jon Gutiérrez est un bon flic, aujourd’hui mis à pied suite à une terrible erreur de jugement. La condition pour sauver sa réputation et son boulot tient à une seule condition : faire équipe avec Antonia pour résoudre une série de meurtres qui touche les personnalités les plus riches d’Espagne. Les deux coéquipiers vont devoir faire face à un tueur rusé et préparé, qui ne laisse rien au hasard, mais ils vont également devoir faire face à leurs propres démons et au passé sombre d’Antonia. Très bon roman policier avec une intrigue bien ménée, des personnages très attachants et un suspens prenant.

Émilie

  •  » Le grand monde » de Pierre Lemaitre, Calmann-Lévy, janvier 2022,

Pierre Lemaitre au sommet de son art ! A la fin de la seconde guerre mondiale, c’est dans une France en reconstruction que l’on retrouve les protagonistes de ce nouveau grand roman français. Dans la famille Pelletier, entre Paris, Beyrouth et Saïgon, chacun essaye de trouver sa place mais rien n’est simple…Souffle romanesque, personnages attachants, retournements de situation bluffants, humour qui fait mouche, grande et petite histoire, un vrai régal !

Pascal

  • « Seyvoz » de Maylis de Kerangal et Joy Sorman, Inculte, février 2022,

« Seyvoz », petit roman brillamment écrit à quatre mains, parle d’un petit village englouti après la construction d’un barrage hydroélectrique dans les années 50. Les habitants ont été obligé de partir de leurs maisons et de laisser derrière eux une partie de leur histoire. Le récit bascule entre le présent, où Tomi un ingénieur qui vient de Paris débarque à Seyvoz pour contrôler le bon fonctionnement des machines, et le passé ou les villageois tentent d’empêcher la construction du barrage. Une histoire très forte, qui fait bien évidemment penser à Tignes, village sacrifié au prix de la modernité.

Émilie

  • « Les bruits du souvenir » de Sophie Astrabie, Flammarion, février 2022,

Le jour où Claire décide de vider son appartement, de changer de téléphone et partir sans laisser de traces, elle débute une nouvelle vie. Désormais, elle se prénomme Marie, elle est retournée dans le village de sa grand-mère et séjourne à l’hôtel Gaillard. La nuit, elle tourne les pages du carnet que sa mère lui a légué et découvre des secrets de famille qui la changeront à jamais. Laissez-vous emporter par la belle plume de Sophie Astrabie dans ce nouveau roman, qui nous emporte dans une aventure pleine de douceur et de renouveau.

Émilie

  • « Les Confins » de Eliott de Gastines, Flammarion, février 2022,

Un premier roman ancré dans les montagnes savoyardes, qui revient sur la création des stations de ski à travers l’histoire tragique de la famille Roussin. L’histoire alterne au fil des chapitres entre les années 60, avec Pierre Roussin, architecte visionnaire qui souhaite créer dans le petit hameau des Confins une station de ski village, et son fils Bruno qui revient sur les lieux de ce qui s’avèrera un naufrage, durant les années 80. C’est un pan noir du développement touristique dans nos montagnes que nous conte l’auteur dans ce thriller très réussi.

Pascal

  • « Nos vies en flammes » de David Joy, Sonatine, janvier 2022,
Nos vies en flammes

Ray, fermier à la retraite qui vit seul dans sa maison des Appalaches, doit aider son fils après un énième problème avec ses dealers. Le nombre d’overdoses ne cesse d’augmenter dans cette partie de l’Amérique, même si Rodriguez, flic épuisé, tente de stopper cette crise et d’attraper les gros poissons. Difficile de faire avancer les enquêtes quand l’argent passe avant la santé des citoyens… Dans ce nouveau roman noir où les incendies font rage, David Joy donne la parole à ces Américains oubliés, qui, à cause de la misère, la drogue et l’épuisement, accumulent les mauvais choix. Mais certains n’ont pas perdu l’envie de se battre et vont tout faire pour obtenir une justice, peu importe le prix à payer.

Émilie

  • « Mâchoires » de Monica Ojeda, Gallimard, janvier 2022,
Mâchoires

Fernanda, jeune lycéenne, se réveille menottée à une table avec sa professeure de Lettres comme ravisseuse. Ce point de départ sordide n’est que la finalité d’une histoire tissée dans les méandres de l’esprit de Clara, la professeur, brimée par sa mère et humiliée par ses anciens élèves et le groupe de jeunes lycéennes, mené par Fernanda, découvrant leur sexualité, leur puberté et leurs limites au sein d’un bâtiment abandonné. Récit violent et malsain sur les relations mère/fille, prof/élève et dominant/dominé à dévorer sans modération mais attention aux mâchoires…

Romain

  • « Sauvagines » de Gabrielle Filteau-Chiba, Stock, janvier 2022,
Sauvagines

Deuxième roman de l’autrice canadienne qui à nouveau mélange avec talent son récit personnel et la fiction. On se retrouve dans la forêt du Kamouraska au Québec, sur les traces de Raphaëlle, garde forestière flanquée de son chien Coyotte, qui mène un combat sans merci, écologiste et féministe contre les braconniers. Accompagnée par Lionel, un ami qui vit dans la forêt et par Anouk, la jeune fille encabanée du précédent roman, voilà Raphaëlle prête à tout pour faire justice…Le texte est très bien écrit, riche d’expressions québécoises savoureuses, d’une grande sensibilité, et nous emporte dans la Belle Province, entouré par une nature impitoyable, vivante et resplendissante. Rude mais dépaysant et séduisant…

Pascal

  • « Une sortie honorable » d’Eric Vuillard, Actes Sud, janvier 2022,
Une sortie honorable

La Guerre d’Indochine n’a pas grand chose à voir selon que l’on soit les deux pieds dans le bourbier de Diên Biên Phu ou bien au chaud à Paris au Palais Bourbon. C’est ce grand écart qu’Eric Vuillard nous propose dans ce court mais incisif texte. Pour partie roman historique, mais aussi grognement de révolte contre la cupidité des élites, la primauté de l’économie sur le politique et la bassesse des représentants du peuple. Un petit bijou acide et instructif.

Pascal

  • « Le lac de nulle part » de Pete Fromm, Gallmeister, janvier 2022,
Le lac de nulle part

Trig et Al, jumeaux très éloignés de leur père qui a été si souvent absent pendant leur enfance, partent avec ce dernier en canoë sur les lacs du Canada. Mais l’expédition ne se déroule pas comme prévu et les secrets d’un passé volontairement enfoui refont surface. Trig et Al, alliés dans le meilleur comme dans le pire, vont tout faire pour sortir ensemble de cette lourde épreuve. Un nouveau Pete Fromm qui nous embarque dans un hiver canadien, rude et glaçant.

Emilie

  • « La décision » de Karine Tuil, Gallimard, janvier 2022

La décision

Êtes-vous prêts à vous replonger, avec effroi, dans la période post « attentats de 2015 »? Nous sommes en mai 2016 et nous suivons le quotidien asphyxiant d’un juge antiterroriste. Une femme forte, tiraillée entre sa vie privée qui part à vau-l’eau et son métier angoissant, terrorisant et en même temps essentiel pour la société. Sa décision, lors du procès d’un jeune couple revenu de Syrie, pourrait avoir des répercussions catastrophiques pour la société française. Glaçant de réalisme !

Romain

  • « Ton absence n’est que ténèbres » de Jon Kalman Stefansson, Grasset, janvier 2022,

Ton absence n'est que ténèbres

Le narrateur, dont nous ignorons le nom, se réveille sur le banc d’une église, amnésique. À la recherche de son identité, il rencontre de nombreux personnages et va devenir celui qui recueille le passé de ceux qu’il croise. Des histoires qui remontent à plusieurs générations, qui se mêlent à l’Histoire de l’Islande. Une plume emplie de poésie, de philosophie et de beauté. À découvrir !

Emilie