Coups de coeur 2021

Voici nos coups de coeurs pour cette nouvelle année, dans l’ordre de nos lectures. Nous espérons que vous y trouverez de belles lectures…

« Milwaukee blues » de Louis-Philippe Dalembert, Edition Sabine Wespieser août 2021,

Milwaukee blues

Finaliste malheureux du Prix Goncourt 2021, le nouveau livre de Louis-Philippe Dalembert est une belle réussite. L’auteur imagine une autre vie pour l’américain Georges Floyd, décédé lors de son interpellation par la police de Minneapolis en 2020. Le double littéraire de Georges Floyd s’appelle Emmet Till, et si sa vie s’est achevée de façon identique, l’auteur lui invente un passé que l’on découvre au fil des pages en rencontrant les personnes qui ont compté dans sa vie, parents, amis, enseignants, coach sportif…Voilà un texte très documenté, à l’écriture fine, émouvant et révoltant, un roman engagé qui remue les consciences…

Pascal

« Nous sommes les chasseurs » de Jérémy Fel, Rivages, octobre 2021,

Jérémy Fel parvient une nouvelle fois à nous embarquer dans son univers sombre, minutieusement travaillé, et c’est une grande réussite ! Savant mélange de ses deux précédents romans, « Nous sommes les chasseurs « , c’est plusieurs histoires, de plusieurs personnages, qui se sont croisés, se croisent et qui se croiseront dans le futur. À la fois indépendants mais liés malgré eux, ce fourmillement de personnages incroyablement forts et réels, nous entraîne dans un enfer connu et maîtrisé par l’auteur. Un roman ensorcelant, noir et surtout impossible à lâcher. Pour les amoureux/amoureuses du genre, il faut lire Jérémy Fel !

Émilie

 » Les flammes de pierre » de Jean-Christophe Rufin, Gallimard, octobre 2021,

Les flammes de pierre

Rémy, guide haute montagne à Chamonix et Laure, parisienne fréquentant les montagnes lors de ses vacances, vont se rencontrer er se séduire sous le regard dominant des hauts sommets du massif du Mont-Blanc. Ce véritable ménage à trois, la montagne, Laure et Rémy, ne sera alors que hauts et bas, amours et désamours, attirance et rejet. Jean-Christophe Rufin nous conte là une très belle histoire d’amour en même temps qu’il nous transmet sa passion pour la montagne, qu’il habite et qui l’habite, la grimpe, le vertige des sommets chamoniards, leur majesté et leurs dangers…Vibrant !

Pascal

« Sidérations » de Richard Powers, Actes Sud, septembre 2021,

Sidérations

Dans une Amérique désagrégée, en proie au gouvernement Trump, un père et son fils vont essayer de trouver un sens à leur vie, elle aussi en morceaux. Alors que l’enfant semble « différent », « inadapté », « solitaire », il développe un amour inconditionnel pour la Terre, les plantes et les animaux comme sa mère disparue : une magnifique ode à la protection de la nature. Une expérience scientifique et neurologique inédite va chambouler le quotidien de ce duo. Nous suivons, en alternant entre peines et petits bonheurs, ce père prêt à tout pour le bonheur de son fils quitte à laisser filer le reste…

Romain

« Là où sont les oiseaux » de Maren Uthaug, Gallmeister, octobre 2021,

Là où sont les oiseaux

Le phare de Kjeungskjær, à l’entrée du fjord de Trondheim en Norvège a été érigé pour protéger les navires approchant mais il est beaucoup moins protecteur pour ses habitants…Dans les années d’entre deux guerres, une famille construite sur de sombres secrets s’y installe. Johan, le père y travaille, sa femme Marie l’accompagne et les enfants, Darling puis Valdemar et enfin Thomas tentent de résister à l’ambiance destructrice du lieu. Les tempêtes les isolent de la côte mais bien d’autres démons les rongent…Tour à tour l’auteur fait parler les principaux protagonistes qui nous révèlent leur vision unique de leur histoire commune, de leurs secrets, de leurs désirs, de leurs passions, et de leurs angoisses. Terrifiant et sublime à la fois !

Pascal

« S’il n’en reste qu’une » de Patrice Franceschi, Grasset, août 2021,

S'il n'en reste qu'une

Un roman bouleversant aux allures de récit vécu, écrit par un auteur maîtrisant parfaitement son sujet. Patrick Franceschi a combattu auprès des Kurdes contre les barbares de Daesh, il connaît très bien cette région du monde ou les combats font rage depuis des années. C’est sous la forme d’un roman qu’il nous fait ici partager son expérience et ses connaissances du drame Kurde. A travers le destin de deux femmes combattantes kurdes, c’est toute la souffrance d’un peuple que l’on côtoie ici, et toute la beauté d’un combat pour la liberté et l’égalité des droits. Autant instructif que bouleversant !

Pascal

« Avant les années terribles » de Victo Del Arbol, Actes Sud, septembre 2021,

Avant les années terribles

Roman historique, roman noir, thriller historique, « Avant les années terribles » de Victor del Arbol c’est tout cela à la fois. Dans un récit où les chapitres oscillent entre le passé et le présent, nous suivons Isaïe, aujourd’hui réparateur de vélo en Espagne et ancien enfant soldat dans l’armée de Joseph Kony au Ouganda. Essayant depuis des années de mettre les traumatismes de son passé derrière lui, le voilà sur le devant de la scène pour un discours censé parler de paix et de rédemption. Mais revenir sur les terres de son enfance fut sa plus grande erreur quand sa jeune épouse enceinte se fait kidnapper par Kony, l’homme qui lui a déjà tant pris. Isaïe va tout faire pour retrouver sa femme et se retrouve malgré lui encore une fois enrôlé de force dans une guerre politique qui ne le concernait plus. Impossible désormais de laisser de côté les horreurs de son enfance, Isaïe va devoir les affronter et accepter qu’elles fassent partie de lui. Un roman absolument bouleversant sur une partie sombre de l’histoire de l’Afrique, qui relate les atrocités faites aux enfants au nom de la religion et de la politique, mais qui est aussi l’histoire d’un homme en quête de paix et de liberté.

Émilie

  • « Les dents de lait » de Hélène Bukowski, Gallmeister, août 2021,
Les dents de lait

Skalde et sa mère vivent reclusent dans une petite maison cernés par la forêt sur une île coupée du monde extérieur que l’on sait hostile. Tous les habitants de l’île isolée doivent faire avec un climat fait de brouillard épais et d’une sécheresse impitoyable qui perturbe tout le cycle de la nature. C’est dans cet univers cloisonné et sombre qu’elles recueillent une jeune fille égarée, aux cheveux de feu. Skalde n’aura alors de cesse d’essayer de protéger cette enfant perçue par les autres habitants comme une menace mortelle…Ambiance de fin de monde pour ce roman à l’atmosphère pesante, ou les relations humaines sont dégradées et ou une jeune fille, Skalde, doit s’élever contre la haine et l’intolérance pour sa survie et celle de la fille aux cheveux de feu…Un roman fort, intriguant, rythmé, à l’issue incertaine…

Pascal

  • « Blizzard » de Marie Vingtras, Editions de l’Olivier, août 2021,
Blizzard

Quatre voix, une couleur : le blanc de la neige virevoltante dans le blizzard, une tension autour de la recherche d’un enfant perdu dans la nature sauvage et une multitude de questions sans réponses, de secrets inavouables, de délits et de douleurs que l’on pense effacer en s’éloignant de tout, jusqu’au fin fond de l’Alaska…Voilà un premier roman choc, au rythme endiablé, à l’issue implacable. Bienvenue en Alaska, la dernière frontière, ou vos pêchés seront absous.

Pascal

  • « Artifices » de Claire Berest, Stock, août 2021,
Artifices

Depuis qu’il a été suspendu, Abel Bac perd pied. Ses insomnies sont de plus en plus fréquentes, il se coupe de ses collègues et ne se préoccupe plus que de ses précieuses orchidées. Mais une affaire très étrange, qui concerne un cheval dans un musée, va le propulser dans une réalité qu’il n’est pas prêt à affronter. S’il est accompagné de Camille, sa collègue et d’Elsa, cette étrange voisine de pallier, Abel ne saisit pas tous les indices qui sont placés minutieusement pour lui. Pris au piège dans une vengeance qu’il ne comprend pas et qu’il a essayé d’enterrer depuis si longtemps, Abel va devoir rassembler les morceaux et revenir sur un passé douloureux, qui est bien la cause de cette course contre la montre qui se déroule aujourd’hui à Paris. Un roman minutieusement construit et pourtant, au début, difficile à cerner par le lecteur. Claire Berest sème avec cruauté et intelligence de tous petits indices au fil des chapitres, mais se garde bien de mettre ses lecteurs sur la voie avant les derniers chapitres. « Artifices » est l’histoire d’un enfer dans lequel sont enfermés plusieurs personnages, liés sans le savoir par une tragédie qui laisse forcément des marques. À lire !

Émilie

  • « Les contreforts » de Guillaume Sire, Calmann-Lévy, août 2021,
Les Contreforts

L’émouvante histoire de la famille Testasecca, qui a hérité d’un château de ses ancêtres, bâtisse aujourd’hui en très mauvais état, mais bien trop cher à restaurer. Pour éviter l’expulsion et sauver leurs terres, les deux enfants Clémence et Pierre, vont redoubler d’efforts, quitte à se lancer dans une impossible chasse au trésor… Une famille qui tente le tout pour le tout, un roman fort et très touchant.

Émilie

  • « Les vies de Jacob » de Christophe Boltanski, Stock, août 2021,

Les vies de Jacob

Qui est cet homme s’étant prit en photo 369 fois dans un photomaton dans les années 70? C’est ce mystère que va essayer de percer le narrateur. A partir de simples portraits, classés méthodiquement dans des albums photos, l’auteur va retisser le fil des différentes vies de ce Jacob B’rebi. Au fil des pages, on se passionne pour cet inconnu aux mille vies, vagabond des années 70, sous l’œil bienveillant d’un homme des années 2020. De Marseille à Jérusalem en passant par Tunis et la Suisse, laissez vous embarquer par ce personnage aussi mystérieux que passionnant et insaisissable.

Romain

  • « Climax » de Thomas B. Reverdy, Flammarion, août 2021,

Climax

Un roman aux allures de fable écologique norvégienne, mêlé de références d’œuvres de fantasy mondialement connues et construit parfois comme un « livre dont vous êtes le héros » ou un jeu de rôle. « Climax » est un livre résolument original et alarmant sur les conséquences imminentes du réchauffement climatique, notamment dans les pays du nord. Quatre personnages, amis d’enfance, se retrouvent après un accident tragique, qui pourrait être le premier d’une avalanche de catastrophes… À découvrir sans hésiter !

Émilie

  • « Des milliers de lunes » de Sebastian Barry, Editions Joëlle Losfeld, août 2021,
Des milliers de lunes

On retrouve ici avec plaisir Winona, la jeune indienne Lakota, héroïne du précédent livre de Sébastian Barry « Des jours sans fin ». Les deux livres se suivent chronologiquement mais peuvent être lu indépendamment l’un de l’autre sans que l’on perde en compréhension. Cette suite est superbe, le style de l’auteur qui nous fait découvrir cette Amérique d’après Guerre de Sécession à travers les yeux de Winona est enchanteur. La noirceur, et la dureté, de la vie des habitants du Tennesse, blancs unionistes ou sécessionnistes racistes, indiens persécutés, noirs affranchis, mélangés pour le meilleur et bien souvent le pire est toujours contre balancée par la lumière qui anime Winona et son entourage aimant. Superbe !

Pascal

  • « Enfant de salaud » de Sort Chalandon, Grasset, août 2021,
Enfant de salaud

Sorj Chalandon revient avec une nouvelle histoire traitant des relations père/fils. L’un, ce père qui, durant la Seconde Guerre, a tenu tous les rôles et endossé tous les uniformes, et l’autre, ce fils, journaliste, essayant de déméler les mensonges et le passé trouble de ce père. Le tout sur fond de procès historique et médiatique, celui du chef de la Gestapo : Klaus Barbie. Personnage fascinant pour l’un et criminel de guerre pour l’autre mais lien invisible entre les deux générations. L’écriture simple et efficace de l’auteur est un gage de sécurité dans cette aventure familiale naviguant constamment au bord d’un gouffre rappelant les horreurs de la Guerre.

Romain

  • « L’agneau des neiges » de Dmitri Bortnikov, Rivages, août 2021,

L'agneau des neiges

Partez dans la Russie rurale de l’entre deux guerres accompagner Maria jusqu’à l’abominable siège de Leningrad lors de la seconde guerre mondiale. Maria qui nait avec un pied bot dans une petite isba de la froide Russie, sera emportée de douleurs en douleurs jusqu’à un orphelinat de Leningrad peu de temps avant la guerre et la terrible souffrance du peuple de la ville assiégée. L’auteur, dans une langue surprenante, d’une grande vitalité, nous emporte dans sa Russie natale sur les traces de cette petite Maria forte comme un roc, qui n’aura de cesse de se battre pour survivre et aider ses compagnons d’infortune. Beau et dramatique, à l’image de ce pays et de son Histoire.

Pascal

  • « La porte du voyage sans retour » de David Diop, Seuil, août 2021,
La porte du voyage sans retour

Quand les sénégalais passaient la porte du voyage sans retour, leur sort était scéllé : l’esclavage en Amérique ou en Europe. David Diop, nous fait remonter le temps jusq’au 18ème siècle sur les traces de Michel Adanson, naturaliste français dont le voyage au Sénégal pour écrire son encyclopédie naturaliste va se transformer en aventure dramatique. La quête du scientifique va se dédoubler quand celui-ci va partir à la recherche, à travers ce superbe pays sauvage, d’une jeune femme qui a fuit l’esclavage. Cette quête va rapidement supplanter l’oeuvre scientifique et emporter notre héros sur des chemins parsemés d’embuches…Dépaysement garanti avec ce très beau voyage.

Pascal

  • « Atomic film » de Vivianne Perret, La Manufacture de livres, avril 2021,
Atomic film

Ce n’est pas la blonde incendiaire qui est en première de couverture du livre qui produit ici l’effet atomique ! C’est plus simplement les bombes du même nom, testées par les autorités américaines dans ces contrées peu peuplées au carrefour du Nevada et de l’Utah au début des années 50. On croise dans ce récit qui fait frémir, malgré les températures extrêmes de cette région désertique, à la fois les habitants, principalement des mormons, ranchers, et des indiens, abandonnés dans leurs réserves, et les équipes et stars hollywoodiennes d’un improbable film à gros budget « Le conquérant » en tournage pour quelques mois. Leur point commun : tous vont souffrir à court, moyen ou plus long terme des effets dévastateurs de la radioactivité. Grandes stars, John Wayne en tête, et petites gens, grande Histoire et petites histoires, pot de fer contre pot de terre, combat héroïque contre pouvoir central hautain, voilà de quoi se nourrit ce très beau récit de Vivianne Perret. A lire !

Pascal

  • « Le cerf-volant » de Laetitia Colombani, Grasset, juin 2021,
Le cerf-volant

Le nouveau roman de Laetitia Colombani à ne pas rater !

Retour en Inde, où notre protagoniste est en naufrage, elle hésite entre rester ou rentrer, elle semble errer dans les allées sans vraiment regarder ce qui l’entoure. Jusqu’à cette rencontre bouleversante autour d’un cerf-volant. Dès lors, le destin de Lena bascule. Un nouvel objectif, très ambitieux fait son chemin dans son esprit et notre jeune enseignante va tout faire pour le réaliser. Mais les difficultés sont bien là, réelles et impossibles à éviter. Lena va devoir prendre sur elle et comprendre qu’elle ne peut pas changer le monde, le chemin vers l’éducation se fera pas après pas Un très beau roman.

Émilie

  • « Les heures furieuses » de Casey Cep, Sonatine, mai 2021,
Les heures furieuses

Casey Cep nous emmène dans l’Alabama de la deuxième partie du XXème siècle sur les traces d’Harper Lee, l’inoubliable auteur de « Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur ». Harper Lee se rend dans l’état du sud pour y séjourner longement, parfois en compagnie de son ami Truman Capote, en pleine rédaction de son livre « De sang froid », et y suivre un procés dans l’espoir de trouver de quoi écrire un nouveau roman. Le procès en question concerne le meurtre d’un pasteur lui même auparavant soupconné puis acquitté à de multiples reprises pour différents meurtres…Cette immersion dans l’Alabama, toujours en proie avec ses démons des questions raciales, est passionnante. Plusieurs histoires s’y entrecroisent, celle du pasteur et de sa famille, celle de son brilliant avocat, celle des écrivains en proie aux affres de la création et celle de cet état unique. A lire, par les amateurs de Harper Lee bien entendu, mais plus largement par tous pour se plonger dans un excellent premier roman.

Pascal

  • « La rivière » de Peter Heller, Actes Sud, mai 2021,
La rivière

Tout commence par une idée emballante de deux jeunes amis tout juste sortis de l’université, Wynn et Jack, qui décident de partir pour un voyage en canoë sur fleuve Maskwa, au nord du Canada. Les deux jeunes hommes sont habitués à vivre en extérieur, à pêcher, randonner et ne craignent ni le froid ni les efforts. Nous les pensons bien partis pour un joli périple…Mais rapidement ils vont croiser deux autres canoës qui vont les faire sortir des bonheurs simples qu’ils avaient imaginé. Ce d’autant qu’un feu de forêt ravageur luit dans le lointain et semble se rapprocher dangereusement…Alors le voyage va se transformer en drame, la beauté des paysages visités se faire dépasser par la tension qui va crescendo…Voilà un très beau texte qui allie une belle langue, des paysages sublimes et un suspens haletant ! Un roman emballant qui fait écho avec le terrifiant « Délivrance » de James Dickey…

Pascal

  • « 1991 » de Franck Thilliez, Fleuve Noir, mai 2021,
1991

Quel régal de lire les débuts de notre célèbre enquêteur Franck Sharko. Depuis 1991, le métier de policier a bien changé et il a été considérablement amélioré par l’arrivée d’Internet, des ordinateurs et des téléphones portables. Mais ici, avec une enquête sombre sur les bras et un meurtrier sans pitié en liberté, Sharko et son équipe vont devoir faire preuve de courage et d’une détermination acharnée s’ils veulent empêcher d’horribles meurtres. Porte à porte, lenteur des procédures et des traitements des indices, l’auteur nous plonge avec efficacité dans le quotidien froid et parfois cruel de ces personnes qui payent de leur santé pour accomplir leur devoir. Ce nouveau roman, tout aussi efficace que les autres, nous permet d’avoir un aperçu plus claire sur le jeune Sharko et de comprendre qui il est devenu au fil de ses sombres aventures.

Émilie

  • « L’affaire Dan Cooper » de Pierre Mikaïloff, La Manufacture de Livres, avril 2021,
L'affaire Dan Cooper

Quand un dénommé Dan Cooper monte en novembre 1971 dans un Boieng pour faire un petit trajet entre deux villes américaines, personne ne peut alors se douter qu’un détournement d’avion historique se prépare…Et que 40 années plus tard le FBI cloturera une enquête au long cours sans jamais avoir pu découvrir l’identité du bandit qui s’est enfuit dans la nature avec 200 000$ en poche ! On trouve dans ce polar, véritable livre enquête écrit par Pierre Mikaïloff, toute l’histoire rocambolesque de ce forfait réussit remis à jour par un vieux journaliste américain aux portes de la retraite. Et c’est toute une Amérique sombre à qui l’on rend visite à travers la galerie, drôle et pathétique, de divers coupables présumés mais jamais authentifiés. Mais qui est donc ce Dan Cooper ?

Pascal

  • « Vérification de la porte opposée » de Sylvain Tesson, Libretto, avril 2021,
Vérification de la porte opposée

Dans ce recueil de nouvelles, l’écrivain aventurier use de toute ses connaissances de la Russie, des pays orientaux limitrophes, et des peuples habitants ces régions pour nous faire voyager, rire, grincer des dents ou réfléchir…Ces nouvelles à chute sont un vrai plaisir de lecture, et le genre est aujourd’hui trop souvent ignoré pour ne pas en profiter quand d’aussi bonnes nous tendent les bras. DavaÏ !

Pascal

  • « Kérozène » de Adeline Dieudonné, L’Iconoclaste, avril 2021,
Kérozène

Adeline Dieudonné revient en force avec son second roman « Kérozène ». Une banale station-service d’autoroute est le pilier de cette histoire déjantée. Un lieu où les personnages principaux vont se croiser, s’apercevoir, discuter. Construit avec des chapitres comme des nouvelles qui nous font découvrir à chaque fois un personnage différent, une intrigue rocambolesque se construit au fil des pages. Reste aux lecteurs et lectrices à se laisser guider par des scènes toutes plus insensées les unes que les autres. Un roman singulier dans l’univers d’Adeline Dieudonné, une auteure qui ne cesse de nous surprendre.

Émilie

  • « Entre toutes les mères » de Ashley Audrain, JC Lattès, mars 2021,
Entre toutes les mères

Dans la famille de Blythe, les mères ont tendance à ne pas être à la hauteur. Entre folie, blessure, méchanceté et abandon, notre protagoniste n’a aucun repère fiable et solide sur lequel se reposer quand il s’agit de maternité. Le jour où elle tombe enceinte pour la première fois, Blythe se promet de ne pas reproduire les erreurs du passé. Mais peut-être que cela ne dépend pas vraiment d’elle.. Car Violet, la petite fille qui vient au monde avec une mère un peu désorientée et un père aimant, n’a rien de la petite princesse que les autres pensent voir et connaître. Est-ce qu’un bébé peut sciemment détester sa mère et lui en faire voir de toutes les couleurs ? Un enfant peut-il être mauvais dès son plus jeune âge ? « Entre toutes les mères » est un page turner aussi fascinant qu’il est implacable. Impossible de se détourner de cette histoire qui prend aux tripes et explore tous coins sombres possibles. Une lecture coup de poing dont on se souviendra, sans aucun doute.

Émilie

  • « Lëd » de Caryl Ferey, Les Arènes, mars 2021,
Lëd

Une enquête terrifiante dans un cadre glaçant, des personnages dont la volonté de vie ne tient qu’à un fil et qui se contentent de survivre au jour le jour, sans penser à l’avenir. Avec Lëd, Cary Ferey nous livre un polar puissant qui dénonce autant qu’il divertit. Une lecture quelques fois difficile, tant la misère des paysages et des personnages est palpable. Peu d’espoir et pourtant, le lieutenant en charge de cette étrange affaire est bien décidé à établir la vérité. À nous lecteurs et lectrices, d’aller jusqu’à la dernière page…

Émilie

  • « Komodo » de David Vann, Gallmeister, mars 2021,
Komodo

David Vann nous plonge dans les eaux scintillantes qui bordent l’île de Komodo en Indonésie, en compagnie d’une famille américaine qui se déchire et s’échoue. La beauté des fonds marins visités lors de plongées inoubliables contraste avec la noirceur, l’aigreur des personnages. Une fois de plus l’auteur fait mouche avec ce très beau texte et ce roman emballant.

Pascal

  • « Le vallon des lucioles » de Isla Morley, Seuil, mars 2021,
Le vallon des lucioles

L’histoire envoûtante, tragique et inoubliable de Jubilee Buford et de sa famille. Lorsqu’Havens et Massey sont envoyés en 1937 dans les petits villages du Kentucky afin de faire un reportage sur les Appalaches, les deux journalistes sont loin d’imaginer qu’ils vont tomber l’enquête de leur carrière : une famille qui vit aux abords de la ville de Chance a la peau bleue. Partant d’une famille qui a réellement existé, dans « Le Vallon des Lucioles », Isla Morey nous confie l’histoire bouleversante de la famille Buford et de ses deux hommes blancs qui viennent pour faire un reportage et vont repartir avec une véritable leçon de vie. Ce roman raconte une histoire de racisme, de violence, de différences et de harcèlement. Mais c’est également, une histoire sur la famille, les sacrifices, et comment faire les bons choix. « Le Vallon des Lucioles », c’est en outre une magnifique histoire d’amour. De celles qui surpassent les préjugés, la douleur et les dissemblances au nom de l’être aimé. À découvrir sans attendre.

Émilie

  • « Florida » de Olivier Bourdeaut, Finitude, mars 2021,
Florida

« En attendant Bojangles » fut en 2016 le premier roman épatant d’Olivier Bourdeaut. Le voici de retour 4 ans après ce coup de maître qui en a emporté plus d’un avec un nouveau roman ou la folie semble à nouveau l’emporter ! La narratrice du roman est Elizabeth, dite Florida, une jeune américaine que sa mère a transformé en bête de concours de mini-miss. Mais la jeune fille va rapidement rejeter ce rôle limitant, ainsi que toute sa famille par la même occasion, et ce corps de mini-miss qui l’insupporte pour essayer de se construire par elle-même. Se construire ou se détruire c’est au choix ! Un roman truculent, ou les plus jolies deviennent les plus vilaines et ou les dérives de l’Amérique gonflée aux stéroïdes et lissée par le botox en prend plein les gencives. A déguster façon bonbon acidulé…

Pascal

  • « Huit crimes parfaits » de Peter Swanson, Gallmeister, février 2021,
null

Malcom est le tranquille propriétaire d’une petite librairie spécialisée en romans policiers à Boston, ou l’on peut croiser quelques amateurs de sueurs froides ainsi que Nero, le chat accueillant, emblématique du lieu. Alors, Malcom peut-il être suspecté d’être coupable d’une série de meurtres qui semblent s’appuyer sur le scénario de crimes parfaits issus de classiques du polar ? Ou est-ce vers un criminel bibliovore que doit se tourner le FBI pour résoudre cette énigme ? Enquête autour du crime (presque) parfait…

Pascal

  • « La maison des Hollandais » de Ann Patchett, Actes Sud, janvier 2021,
La maison des Hollandais

« La maison des Hollandais » retrace l’histoire d’un frère et de sa soeur, Danny et Maeve Conroy. Âgés, ils se remémorent avec nostalgie et douleur les épreuves que leur famille a traversé. Les deux enfants ont grandi dans une somptueuse et gigantesque maison, accompagnés par les domestiques, puisque le père est souvent absent et que la mère a choisi de fuir en Inde. Quand une belle-mère débarque et rompt le train-train quotidien de la famille Conroy, c’est le début des rancoeurs, des déceptions, des départs… Impossible de ne pas s’attacher à Maeve et Danny, liés par un amour fraternel qui va leur permettre de tout affronter et continuer à avancer malgré les difficultés. Un magnifique roman familial difficile à quitter, on aimerait pouvoir rester avec ces personnages si attachants et cette maison extraordinaire.

Émilie

  • « L’agonie des grandes plaines » de Robert F. Jones, Editions du Rocher, février 2021,

Quand Jenny et Otto, deux jeunes adultes dans l’Amérique en construction de la deuxième partie du 19ème siècle se retrouvent orphelins, ils décident de partir à l’Ouest, vivre une vie de chasseurs de bisons. Malgré leur expérience d’une vie à la dure, Otto est jeune retraité de la Guerre de Sécession, Jenny a travaillé à la ferme familiale toute sa jeunesse, la réalité tragique de ce qui se passe dans ces territoires sauvages va rapidement faire déraper leur projet. Le Grand Ouest est alors peuplé de bandes plus ou moins rivales de chasseurs de bisons réchauffés au whisky, de tribus indiennes en guerre contre les blancs et bien souvent entre elles, de quelques forts militaires isolés, et ce lieu vierge et sauvage, malgré sa beauté est aussi et surtout un lieu de violence et de mort. Voilà un western classique splendide, dépayasant à souhait, extrémement précis, ou l’on sent à chaque page l’odeur du bison, de la terre mouillée, du feu de camp qui réchauffe et de la poudre. On y est ! Par ailleurs la Grande Histoire qui se joue au fil des pages nous rappelle la facilité qu’a l’humanité pour détruire la beauté, la pureté de la vie sauvage, et nous questionne sur la nature humaine…Ce doit être ce que l’on nomme la beauté crépusculaire !

Pascal

  • « Le démon de la colline aux loups » de Dimitri Rouchon-Borie, Le Tripode, janvier 2021,
Le démon de la Colline aux loups

« Le démon de la colline aux loups » est de ses romans qui laissent une marque au fer rouge dans le cœur et la mémoire de ses lecteurs et lectrices. Tantôt par des passages terriblement difficiles à lire, tantôt par des réflexions si justes et profondes qu’elles nous font trembler. Dans cette histoire unique, le bien et le mal s’affrontent et la mésaventure tragique d’un petit garçon profondément gentil, mais intérieurement violent, ne laissera personne indifférent. C’est un récit sur les choix et leurs répercussions, sur une obsession à vouloir faire le bien quand on est destiné à l’obscurité. Un premier roman aussi tranchant qu’une lame, un personnage à la fois détestable et terriblement attachant, une histoire dont il ne faut pas détourner le regard. Un véritable tremblement littéraire.

Émilie

  • « Ces orages-là », de Sandrine Collette, JC Lattès, janvier 2021,
Ces orages-là

Voilà un roman qui vous prend et ne vous lâche pas, Sandrine Collette est une experte en la matière ! L’histoire est celle de Clémence, une jeune femme qui fuit une relation des plus toxiques avec son ancien mari. Après s’être enfuie de la maison commune la voilà qui retrouve du travail et s’installe discrétement dans un petit pavillon et son jardin attenant, ou elle tente de retrouver une vie normale. Mais rien n’est facile pour Clémence, à chaque pas, à chaque bruit elle croit revoir son bourreau, l’emprise de celui-ci est trop forte, et ne semble pas souffrir des kilomètres qui les séparent…N’ayez pas peur de plonger avec Clémence dans ce thriller psychologique intense…

Pascal

  • « Les danseurs de l’aube » de Marie Charrel, Editions de l’Observatoire, janvier 2021,
Les danseurs de l'aube

Lukas et Iva, deux jeunes fervents de flamenco, aimeraient faire de leur passion leur avenir. Ils se rencontrent par hasard sur une piste de danse et ne se quittent plus : elle l’aide à oublier son problème existentiel et il lui permet d’effacer ses souvenirs douloureux. Les deux danseurs partent dans un road-trip en Europe, sur les traces de l’idole de Lukas : Sylvin Rubinstein. Maria et Sylvin Rubinstein, aussi connu sous leur nom de scène Imperio et Dolores ont réellement existé et ont eu une place non-négligeable durant la Seconde Guerre mondiale. Jumeaux juifs et passionnés par le flamenco, ils sont acclamés par le public et vont se produire dans les plus grands cabarets du monde. Mais la montée du nazisme en Allemagne les force à se réfugier en Pologne, les obligeant à arrêter la danse et se cacher des SS. Pourtant, après la disparition de sa sœur bien-aimée, Sylvin va jouer un rôle capital dans la résistance contre les Allemands, en se déguisant en femme et ainsi passer inaperçu aux yeux de la Gestapo, lui permettant de transmettre des messages et d’écouter des conversations secrètes. Des années plus tard, en 2017, Lukas et Iva partent sur les traces de ce grand nom de la danse et tentent par le même moyen de découvrir qui ils sont. Un récit d’une grande beauté, qui permet de découvrir la grande histoire de Sylvin Rubinstein, résistant méconnu, et d’avoir un aperçu de la beauté et de l’ardeur du flamenco, qui est pour tous les personnages de ce magnifique roman, une échappatoire et une raison d’exister.

Émilie

  • « L’enfant de la prochaine aurore » de Louise Erdrich, Albin Michel, janvier 2021,
L'enfant de la prochaine aurore

Louise Erdrich est l’une des plus fameuses représentantes des auteurs amérindiens, elle nous propose pour son nouveau roman une intense plongée dans un monde qui s’abime et s’effondre. On y suit une jeune amérindienne, Cedar Hawk Songmaker, enceinte de son première enfant, et c’est elle qui nous conte son histoire par le biais de carnets écrits pour son futur enfant. Un pouvoir totalitaire s’installe aux Etats-Unis en même temps qu’une dégénérescence de l’humanité. Les futures mères deviennent les cibles du pouvoir politique. C’est dans cette ambiance des plus sombres que Cedar, son enfant à venir et sa famille tentent d’échapper à la répression, à l’enfermement, à la folie…Le texte est très beau, on trouve dans ce roman des passages lumineux et on vibre, on tremble corps et âme avec Cedar tout au long de son parcours, de son combat, de sa grossesse…Superbe, assurément le roman de la rentrée de janvier !

Pascal

  • « Des diables et des saints » de Jean Baptiste Andréa, L’Iconoclaste, janvier 2021,

Des diables et des saints

C’est l’histoire d’un vieil homme, Joseph, qui joue parfaitement Beethoven sur les pianos mis à disposition dans les gares et les aéroports. Les passants s’arrêtent devant ce prodige qui enchante les halls d’entrées par ses notes divines et son air mystérieux. Pourquoi n’est-il pas sur une scène, devant un vrai public ? Pourquoi jouer uniquement Beethoven ? L’histoire de Joseph, que nous découvrons à travers ce roman, est une histoire de deuil, d’amitié, d’amour et de musique. Avec son passé douloureux, il n’était pas destiné à un avenir plein de gloire et de richesse. Le seul fait de pouvoir être devant un piano, libre et vivant, est déjà une prouesse. Mais tout n’est pas terminé et un jour, Joseph l’espère, la personne qu’il attend depuis si longtemps descendra du train et le reconnaîtra instantanément à sa manière de jouer. Dans ce magnifique roman où un jeune garçon virtuose se retrouve coincé dans un internat sombre et austère, Jean-Baptiste Andrea nous livre une histoire bouleversante sur des amis qui sont prêts à tout pour s’enfuir et découvrir ce que le monde peut offrir, même aux personnes les plus perdues.

Émilie

  • « Justice indienne » de David Heska Wanbli Weiben, Gallmeister, janvier 2021,
Justice indienne

Virgil Wounded Horse est un indien de la réserve Lakotas de Rosebud dans le Dakota du sud. Il gagne sa vie avec ses poings, les habitants de la réserve font appel à lui quand ni la police tribale, et ses faibles moyens, ni la police fédérale, qui ne s’intéresse guère aux affaires indiennes, ne résolvent les crimes commis. Quand une affaire à résoudre autour de l’arrivée de nouvelles drogues dures dans la réserve se présente à Virgil, celui-ci ne se doute pas des ramifications cachées de l’affaire. Entre affaires familiales, magouilles politiques, rancoeurs tenaces et coups bas, voilà un policier rondemment mené, à la découverte de la vie d’aujourd’hui dans les réserves indiennes.

Pascal