Coups de coeur 2020

Voici nos coups de cœur de cette nouvelle année, par ordre chronologique de lecture. N’hésitez pas à les réserver à la librairie en nous faisant parvenir un mail à cette adresse :  histoires-sansfin@orange.fr

 

  • « L’homme qui n’est jamais mort » de Olivier Margot, JC Lattés, janvier 2020,

L'homme qui n'est jamais mort Matthias Sindelar était un joueur de football talentueux dans l’équipe d’Autriche d’entre deux guerres. Il a participé aux premières grandes compétitions européennes de football, à l’émergence du professionnalisme et fut en son temps un héros national et une gloire continentale. En plus de son talent exceptionnel qui souleva les foules, le jeune homme issu des quartiers pauvres et rouges de Vienne s’est petit à petit mué en combattant des nationalismes et de l’antisémistisme montant. Ce roman, qui se déroulle quasi exclusivement à Vienne, nous fait découvrir son parcours incroyable et dramatique sur fond de crise internationale et de montée du nazisme. Au fil des matchs et des pages résonnent alors en nous les mots de Georges Orwell « Le football international est la continuation de la guerre par d’autres moyens »… A conseiller à tous les amateurs de football intéressés par l’Histoire.

Pascal

  • « Noir volcan » de Cécile Coulon, poésie, Le Castor Astral, février 2020,

Noir volcan Cécile Coulon revient avec force dans ce second recueil de poésie. Utilisant comme inspiration la nature, l’amour et les scènes de la vie quotidienne, la poétesse nous touche à chaque vers. « Je me cache derrière mes poèmes parce qu’ils sont plus forts que moi ».

Émilie

  • « Cow-Boy » de Jean-Michel Espitallier, Inculte, janvier 2020,

Cow-boy L’auteur se retourne sur l’histoire d’un aïeul oublié, natif des Alpes françaises à la fin du 19e siècle et parti tout jeune pour une Amérique riche de promesses. Cet arrière grand-père, dont on lui a très peu parlé, il en fait son héros, le temps d’un roman aux multi-facettes, tour à tour récit familial, essai historique sur la construction des Etats-Unis, western…La construction du livre est assez étonnante avec parfois des pages entières d’énumérations, des phrases à multiples parenthèses…On ne s’ennuie jamais avec un livre ovni comme celui-ci, pour les amateurs de découvertes donc et de l’Amérique du temps des cow-boys.

Pascal

  • « Vis-à-vis » de Peter Swanson, Gallmeister, février 2020,

Vis-à-vis Voilà un thriller psychologique que vous ne pourrez pas lâcher ! L’histoire démarre par l’installation d’un couple, Hen et Lloyd, dans une petite ville en périphérie de Boston. L’endroit est charmant et le bon voisinage y fait office de règle commune. Mais le rythme de ce qui devait être une arrivée tranquille va s’accélérer soudainement quand Hen, qui souffre de troubles psychotiques va soupçonner son proche voisin d’être un tueur psychopathe…L’ambiance devient vite intenable, et distinguer le vrai du faux de moins en moins évident pour Hen et son entourage ! La pression monte et ne descendra plus…

Pascal

 

  • « Les falaises » de Virginie Dechamplain, La Peuplade, février 2020,

 Dévastée par le suicide de sa mère, V. se rend dans sa maison d’enfance afin de se débarrasser des affaires qui traînent. Elle tombe alors sur des lettres écrites par sa grand-mère depuis l’Islande. V. part sur les traces de l’histoire de sa famille afin de comprendre le geste de sa mère, mais aussi pour se trouver elle-même. Un roman poétique sur le deuil, la reconstruction et le voyage initiatique.

Émilie

 

  • « Une machine comme moi » de Ian McEwan, Gallimard, janvier 2020,

Une machine comme moi Dans ce nouveau roman, Ian McEwan décide de poser la question de la morale et de la justice en mettant en scène un couple vivant avec un humanoides dernière génération, capable des plus grandes prouesses technologiques, crée par Alan Turing. Mais comment réagir quand la machine affirme haut et fort qu’il est amoureux de votre copine ? Il y a t’il vraiment une place pour les robots dans la société humaine, pleine de mensonges et de sentiments complexes ? Pourrons-nous, un jour, vivre en harmonie avec des machines ? Un roman brillamment construit et écrit.

Émilie

  • « Les soeurs de Blackwater » de Alyson Hagy, Zulma, janvier 2020,

Les soeurs de Blackwater Alors qu’elle s’occupe de sa maison, la « sorcière » de la forêt reçoit un jour la visite d’un inconnu. Mr Hendricks lui demande – exige – qu’elle lui rédige une lettre. Et pas n’importe laquelle : LA lettre. Celle qui racontera son histoire et qui le pardonnera pour ses fautes passées. Ne voyant pas comment refuser, la femme se met au travail et s’engage malgré elle dans une mésaventure, qu’elle n’est pas prête à affronter. Mêlant les mythes de l’Amérique et les légendes indiennes, Alyson Hagy nous donne un premier roman surprenant, où les dangers se succèdent et où tout n’est que mensonges et cruautés. La « sorcière » de la forêt, dont on ne connaîtra jamais le prénom, se bat avec férocité pour faire vivre la mémoire de sa sœur et son père défunt. Mais peut-elle résister vraiment à Mr Hendricks et sa mystérieuse lettre ?

Émilie

 

  • « La où chantent les écrevisses » de Delia Owens, Seuil, janvier 2020,

Là où chantent les écrevisses Très beau livre sur l’enfance, le passage à l’âge adulte et la survie d’une jeune fille en pleine nature. Kya, 6 ans, regarde les membres de sa famille s’enfuir les uns après les autres. Le père, violent et alcoolique, rend la vie impossible dans la maison et tout le monde préfère prendre la poudre d’escampette. Kya est contrainte de rester, trop petite pour partir et trop attachée au marais pour le quitter. Tate, un jeune garçon, est attiré par cette jeune fille si pure, innocente et si différente des autres filles de la ville. Il lui apprend à lire, à compter et elle lui apprend tout ce qu’il y a à savoir sur la biologie du marais et les oiseaux qui y habitent. Une magnifique amitié débute, bientôt brisée par le départ de Tate pour l’université. Dévastée par ce nouvel abandon, Kya se construit une coquille incassable et ne laisse plus personne entrer dans son coeur et dans sa vie. L’histoire nous emporte en Caroline du Nord, tout au fond de ce marais où Kya devient une jeune femme forte, indépendante, sensible et émerveillée par la nature qui l’entoure. Tout en dénonçant une société d’après-guerre qui avait tendance à juger bien trop vite ceux qui ne rentrait pas dans les cases, Delia Owens nous donne un récit fort, sublimé par une nature que nous souhaitons voir prendre vie sous nos yeux.

Émilie

 

  • « Double Espresso » de Cédric Sapin-Defour, Paulsen/Guérin, janvier 2020, 

 

Double Espresso Quel plaisir de lecture que ces chroniques montagnardes de Sapin-Defour ! L’auteur, alpiniste chevronné, nous propose dans son nouvel ouvrage, paru dans la belle maison d’édition chamoniarde Guérin, un recueil de chroniques autour de sa passion pour la montagne. Des textes courts, très bien écrits, et qui se lisent avec beaucoup de plaisir, naviguant entre toutes les émotions qu’une passion dévorante comme celle-ci sait engendrer. Différent des récits de montagne habituels, bien mieux qu’un livre de développement personnel, voici un recueil montagnard à consommer sans modération !

Pascal

 

  • « Le petit garçon qui voulait être Mary Poppins » de Alejandro Palomas, Le cherche-Midi, janvier 2020,

Alejandro Palomas - Le petit garçon qui voulait être Mary Poppins. Guille est un garçon particulièrement joyeux, qui rêve d’être Mary Poppins quand il sera plus grand. Il veut pouvoir tout régler d’un coup de « supercalifragilisticexpialidocious », le mot magique qui permet de résoudre tous les problèmes. Son institutrice, Sonia, s’inquiète pour lui et lui demande d’aller voir la psychologue de l’école, afin de comprendre ce que cache le petit garçon. Le récit est divisé par les personnages : Guille, Sonia, Manuel le papa et Maria la psychologue. Ce que nous pensons au début être l’histoire d’un petit garçon original est en fait l’aventure d’un jeune homme extraordinaire et sensible, qui porte le poids du monde sur ses épaules. Un roman épatant et bouleversant, porté par des personnages brisés par la vie, qui ne tiennent que par l’amour et l’espoir. Au milieu de ce chagrin, se tient fièrement Guille, le plus courageux de tous les petits garçons et le fidèle successeur de Mary Poppins.

  • « Vie de Gérard Fulmard » de Jean Echenoz aux Editions de minuit, janvier 2020, 

Jean Echenoz - Vie de Gérard Fulmard. Ce Gérard Fulmard ne paye pas de mine et le petit parti politique du FPI auquel il va avoir affaire non plus d’ailleurs ! Notre anti-héros, licencié de son travail de steward essaye vainement de lancer une entreprise de conseils et va se retrouver coincé dans les magouilles d’un parti politique mineur dont les leaders balancent en permanence entre décisions douteuses et actions hors la loi…Une très belle écriture pour un roman à nul autre pareil, ou l’on rit beaucoup à suivre Gérard Fulmard, anti-héros d’envergure et toute la clique du FPI s’emmêler les pinceaux, rebondir, s’effondrer, renaître pour mieux couler à nouveau ! Excellent !

Pascal

 

  • « Sukkwan Island » de David Vann aux Editions Gallmeister, édition limitée janvier 2020,

 Un premier livre inoubliable, couronné par le Prix Médicis Étranger 2010 et qui ressort en ce début d’année en édition limitée, ou David Vann nous emmène avec ses deux héros en route vers la tragédie. Un père, un fils, une île déserte et glaciale au fin fond de l’Alaska pour un séjour qui doit resserer les liens familiaux…Mais rien ne se passe comme prévu et l’ambiance pesante créée par l’auteur nous emporte comme elle emporte les bonnes volontés de chacun vers un dénouement cauchemardesque. Dramatique mais superbe !

Pascal

 

  • « Miroir de nos peines » de Pierre Lemaitre, Albin Michel, sortie en janvier 2020,

Pierre Lemaitre - Miroir de nos peines. Le nouveau Pierre Lemaitre, dernier volet de sa trilogie sur les deux guerres mondiales est un vrai délice. On y retrouve avec plaisir quelques uns des héros des premiers volets, mais le roman est très bien construit pour qu’un lecteur novice puisse y trouver son compte. Tout commence, comme dans les deux premiers volumes, par une première scène mémorable ! Pour la suite : une très belle écriture qui nous emporte, des personnages emballant, nombre de situations cocasses et de rebondissements, bref du grand art ! L’histoire se passe cette fois-ci au tout début de l’arrivée des armées allemandes sur le territoire français en mai 1940 et durant la période d’exode massif des populations. Nous y suivons plus particulièrement Louise, une jeune parisienne emportée par les tourments de l’Histoire et de son propre passé…Truculent !

Pascal

 

  • « Et toujours les forêts » de Sandrine Collette, JC Lattès, sortie en janvier 2020,

Sandrine Collette - Et toujours les Forêts. Quelle claque que ce nouveau Sandrine Collette ! Passée la surprise d’une écriture très hachée, faites de phrases courtes et incisives, on se laisse emporter par ce roman post-apocalyptique des plus emballant ! Nous suivons Corentin, un enfant mal aimé par sa mère, abandonné par son père et finalement élevé par son arrière grand-mère à la campagne, aux abords des Forêts. Lorsque la Terre va s’effondrer, que la sixième extinction sera effective, seuls quelques survivants seront miraculeusement sauvés, dont Corentin qui va s’accrocher à la vie dans un monde brûlé, gris, mort. Corentin n’est pas un héros, juste un homme qui cherche à survivre et à reconstruire quelque chose de vivant, une famille, une petite pousse dans ce monde désolé…Le roman est des plus addictifs, une fois le monde détruit, on s’accroche au roman comme Corentin à la vie, on espère avec lui, on se désespère avec lui, et chaque petite lumière dans ce monde sombre est pour chacun, lui comme nous, un peu d’espoir de voir les choses s’arranger…

Pascal

 

  • « Sugar Run » de Mesha Maren aux Éditions Gallmeister, sortie janvier 2020,

Mesha Maren - Sugar Run. Partez à la découverte de l’Amérique désenchantée de Mesha Maren, ou l’alcool et la drogue font office de mauvais médicaments pour âmes en peine. Jodi, l’héroïne du roman croit pouvoir forcer son destin et repartir sur de nouvelles bases au pied de ses Appalaches natales, après 18 années passées en prison. Mais de rencontres destructrices en mauvaises fréquentations, sa volonté, sa joie de vivre, de survivre, sera bien mise à mal. Voilà une très belle histoire de femmes américaines, écrit comme un road movie noir, où chacun paye cash le prix des erreurs passées.

Pascal